Information détaillée concernant le cours

[ Retour ]
Titre

Le genre en Etudes Médiévales

Dates

4 avril

Organisateur(s)

Mme Diane Antille, UNINE,

Mme Anne-Lydie Dubois-Collet, UNIGE

Mme Yasmina Foehr-Janssens

Intervenant(s)

Prof. Didier Lett, Université Paris 7 - Diderot,

Prof. Peggy Mac Cracken, Université de Michigan,

Dre Elizabeth L'Estrange, Université de Birmingham

Description

Cet atelier d'une journée se destine aux doctorant·e·s confronté·e·s de près ou de loin au concept de genre dans leurs études médiévales. Grâce à l'intervention des professeurs Didier Lett (histoire), Peggy McCracken (littérature) et Elizabeth L'Estrange (histoire de l'art), chacun·e des doctorante·s inscrit-e-s pourra bénéficier de conseils relatifs à son domaine. Dans la première partie de l'atelier, les professeurs invités proposeront aux doctorant-e-s une mise au point sur les Etudes Genre en abordant leurs fondements intellectuels, leur développement, et leur impact sur les disciplines. La présentation par les intervenant·e·s de cas pratiques issus de leur recherche permettra d'observer ensuite comment, pragmatiquement, manier le concept de genre.

La seconde partie de la journée sera dédiée aux préoccupations des doctorant·e·s. A cet égard, ils pourront faire parvenir aux organisatrices avant la rencontre leurs questions de tous types (conceptuel, méthodologique, théorique, historiographique, disciplinaire, etc.), auxquelles les professeurs invités répondront sous forme de discussion durant l'atelier. Les doctorant·e·s souhaitant bénéficier de conseils plus personnalisés quant à l'usage du concept de genre dans leur recherche auront aussi la possibilité de présenter leur cas d'étude.

 

Programme

Programme

Calendrier

4 mars : envoi aux doctorant-e-s déjà inscrits de quelques textes jalons choisis par les intervenant-e-s

20 mars : date limite pour l'envoi des questions alimentant la discussion

Merci d'adresser vos questions avec pour objet du mail « genre-question » à Diane Antille, à l'adresse : diane.antille@unine.ch

1er avril : délai pour annoncer la présentation d'un cas d'étude (20 minutes)

1er avril : délai inscription à l'atelier

Lieu

Genève

Information

Résumé des conférences :

Didier Lett, Université Paris 7 - Diderot

Utiliser le genre en histoire. Régimes de genre et histoire médiévale

Aujourd’hui, le concept de genre est abondamment utilisé dans l’ensemble des sciences sociales. Il est aussi devenu « une catégorie utile d’analyse historique » (J. Scott). Cependant, force est de constater qu’il est dominé par des travaux produits par les contemporanéistes qui appliquent souvent des notions venues de la sociologie du genre et qui travaillent sur des sociétés (au moins celles antérieures à la seconde moitié du XXe siècle), où existe une très forte opposition binaire ente les sexes. Or l’opposition entre deux sexes pensés comme complémentaires au sein d’une polarité bien identifiée ne constitue pas toujours une grille d’analyse pertinente. Dans les sociétés occidentales antérieures au XVIIIe siècle, l’opposition des sexes n’est qu’une manière, souvent minoritaire, de classer les personnes : l’opposition entre hommes et femmes ne repose pas toujours et partout sur un aspect biologique, avant même que chaque individu s’inscrive dans une société. C’est pourquoi, dans notre intervention, nous voudrions montrer de quelle manière le genre est utilisé en histoire médiévale et, pour ce faire, insister sur la notion de « régimes de genre » que j’ai proposée comme outil heuristique afin de lire les sociétés anciennes et que j’ai définie comme « un agencement particulier et unique des rapports de sexe dans un contexte historique documentaire et relationnel spécifique ».

 

Peggy McCracken, Université du Michigan

Le genre et le transgenre dans la littérature médiévale

Cette présentation aborde le développement des Études Genre dans le domaine de la littérature médiévale sous quatre rubriques : le pouvoir, la corporalité, la sexualité, et l’intersectionalité. J’indiquerai en particulier l’apport de la théorie féministe, la théorie queer, et la critique anglo-saxonne aux Études genre, et ce que les Études genre en littérature offrent à l’histoire sociale et culturelle du Moyen Age. Par la suite je prendrai en considération des études toutes récentes du transgenre dans la littérature médiévale pour montrer quelques nouvelles perspectives sur le genre ouvertes par les études transgenres. La chantefable Aucassin et Nicolette (XIIIe siècle) servira de texte-exemple.

 

Elizabeth L’Estrange, Université de Birmingham

Femmes, patronnes et consommatrices des images au Moyen Âge : négocier la double contrainte

Cette séance vise à analyser l’utilité des études féministes et du genre pour mieux comprendre les images créées par ou pour les femmes au Moyen Âge et au début de l’époque moderne. On examinera en particulier le changement dans le domaine scientifique, allant d’un simple rétablissement de la place de la femme dans l’histoire de l’art aux débats plus subtils concernant le pouvoir des femmes et leur interaction avec la société patriarcale. De quelles façons les femmes lisaient-elles en allant à l’encontre des valeurs d’une telle société ? Dans quelle mesure se sont-elles engagées avec le patriarcat pour leur propre avancement ? En tant qu’historien.ne.s [de l’art], comment négocier cette  double contrainte qui risque à condamner les réponses des femmes comme une affirmation de leur place dans une société dirigée par et pour des hommes ? La séance s’inspire de mes recherches portant sur les femmes bibliophiles et les images de la maternité dans des livres d’heures en France aux XVe et XVIe siècles.

Places

20

Délai d'inscription 01.04.2019
short-url short URL

short-url URL onepage